CONSEIL LOCAL DE SANTE MENTALE LENS-HENIN

L'assemblée générale inaugurale a eu lieu le 22 juin 2015

150 personnes étaient présentes, sous la présidence de Mme Cécile Bourdon et de Mr François Lemaire

Etaient représentées toutes les institutions et les dispositifs concernés par la santé mentale sur le territoire (notamment les hôpitaux de Hénin Beaumont, de Lens, le Centre de Psychothérapie Les Marronniers, à Bully les Mines, l’ARS, le Conseil Départemental, les services sociaux des MDS, les CCAS et plusieurs municipalités, les CHRS et structures d’insertion, les établissements médico sociaux de territoire, les SSIAD, Samsah, les communautés d’agglomération CALL et CAHC, la Carmi, la MDPH, le CREHPSY, la DDCS, les forces de police, les associations tutélaires, le PACT, Les usagers et les représentants d’usagers, les gem….

 

Ont été abordés le concept de Santé Mentale (Dr Louvrier), la synthèse des travaux menés par l’ARS avec l’ANAP sur le territoire (Mme Poisson, ANAP), le concept de Conseil Local de Santé Mentale et la réglementation par le Dr Isabelle Loens (ARS), le point de vue des familles par Mr Michel Levin (UNAFAM) et les difficultés de communication entre les équipes par Mme Sandra Blondiau, cadre de santé au CHHB.

Ceci a représenté le moment inaugural d’un CLSM, premier du Pas de Calais, qui va dès septembre définir ses priorités et travailler à tout ce qui peut contribuer à faciliter l’accès au soin des personnes en difficulté psychologique, à coordonner leurs parcours, à préserver leur intégration sociale et leur citoyenneté, à informer, à prévenir, et à lutter contre toute forme de stigmatisation.

Le 10 novembre 2015, le premier comité de pilotage s'est réuni sous la présidence de madame Cécile Bourdon, vice présidente de la Région, chargée de la santé, et avec la présence de monsieur Corbizet, président de la communauté d'agglomération d'Hénin Carvin. 

 

En résumé, plusieurs grands axes de réflexion se sons dégagés des discussions, sans pour autant exclure les autres thématiques :

1.    Les problématiques de l’enfance et de l’adolescence, en lien avec un questionnement sur les parcours, les discontinuités éventuelles de l’articulation avec les dispositifs orientés vers les publics adultes.

2.    La question du logement, pivot de l’intégration sociale mais qui doit être traitée en tenant compte de la diversité des besoins, de la multiplicité de l’offre existante avec le souci d’articuler les parcours, et d’adapter les dispositifs en fonction des réalités des besoins du territoire.

3.    La continuité des travaux engagés dans le cadre des « Parcours en Santé Mentale » pilotés par l’ARS, le Conseil Départemental, et l’ANAP. Dans ce cadre on peut inclure le travail à mener pour pérenniser les journées du handicap psychique. Ces questions sont centrées sur les parcours, prenant en compte les prises en charge en amont, l’articulation des dispositifs et l’inscription de la santé mentale dans les politiques de territoire.

4.    L’intérêt pour la prise en compte de la dimension transculturelle en santé mentale, en ouvrant réellement les dispositifs à l’accueil des personnes non francophones, et/ou issues de cultures non européennes.

page6image1960
 
Début 2016 les groupes de travail ont commencé à se mettre en place.
  1. Le premier, centré sur les problématiques de logement en santé mentale, a eu lieu le 26 avril 2016
  2. Le second groupe de travail consacré aux questions touchant l'enfance et l'adolescence a eu lieu le 10 mai 2016
  3. Le troisième groupe, consacré aux différents aspects des problèmes liés à la santé mentale, aura lieu le 14 juin 2016
Parallèlement, plusieurs dispositifs fonctionnent ou se mettent en place
  1. La commission logement et santé mentale, opérationnelle depuis plusieurs années
  2. La commission des situations complexes, qui débutera fin juin.

Les compte rendus seront disponibles sur le site d'ici peu.